Les promesses de Carole Bouquet

carole bouquet beaute

Figurez-vous une femme belle, très belle, sans doute l’une des plus belles actrices que le cinéma ait accueilli parler tranquillement de la vieillesse et ne pas se perdre en assomption contrie aux nécessités du bistouri.

Cette femme c’est Carole Bouquet. Et j’aime bien ce qu’elle dit à Elle à propos du temps qui passe et du fait qu’elle ne fera pas de lifting ou d’injections.

Précisément parce qu’incarner à ce point un idéal féminin dans la plastique de son visage au point d’être le modèle d’une forme de beauté froide qui glace la prétention à la séduction et qui remet en question l’homme qui voudrait la séduire et renoncer à prolonger le miracle par la médecine est un choix qui a du être difficile.

Or, il ressort des propos de l’actrice que la vieillesse, sa vieillesse n’est pas un événement anodin sur lequel elle glisse. Elle avoue elle -même que la présentation par son fils d’un film au festival de Cannes lui a fait prendre conscience de son âge avancé et pourtant elle nous réjouit dans sa conduite parce qu’elle satisfait à une promesse.
On aurait imaginer ce canon (il n’y a pas d’autre mot mais c’est le mot pictural qui vient à l’esprit) se rendant chez un chirurgien esthétique pour des séances de raffermissement des traits du visage ou pour un lifting de l’ovale( intervention en accord avec les demandes des personnes de son âge qui consultent) mais non.
Loin après sa première beauté, elle ne renie rien de ce qu’elle peut être et nous dit qu’elle ne s’y résume pas, qu’elle ne s’y agrippera pas comme à sa véritable essence, sa véritable substance et que les conditions changeantes ne font rien à l’affaire.
Belle grâce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

two × 1 =