Les nouveaux territoires anatomiques de la chirurgie

histoire chirurgie

Si brièvement, on devait faire une histoire de la chirurgie esthétique à l’aune des zones du corps traitées, on s’apercevrait que le mouvement va du plus large au plus particulier. Visage, abdomen, seins, cuisses, fesses et depuis quelques années les lèvres, les aisselles, les bras et le sexe.

Ce mouvement qui va vers le détail participe à la fois des progrès de l’art et d’une tendance lourde : le besoin de rendre plus attirants des parties du corps auparavant protégées par l’intimité et qui en soit ne sont pas « sexy ».

A cet égard, le fait anatomique des poils habituellement associé à un sentiment de répulsion est-il devenu une sorte d’ennemi numéro 1 qu’il faut vaincre par le laser ou l’incision. Il en va de même pour les organes génitaux.

Du coup, des sites majeurs sont de plus en plus consultés pour lutter contre cette partie animale en nous qui nous fait transpirer ou avoir une pilosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

thirteen − 8 =