Le triomphe du Sophiste

sophiste

Il y a des êtres qui restent dans l’histoire comme des ennemis. Protagoras, Calliclès sont les plus sérieux adversaires de Socrate. Le premier, en particulier, à qui l’on doit la célèbre formule : « L’homme est la mesure de toutes choses. »

Ce subjectivisme forcené qui indique que les valeurs sont relatives à chacun a semble-t-il gagné la partie. Fondé sur l’idée d’une vérité parcellaire, il affirme le primat de l’apparence sur l’être, des phénomènes sur une réalité plus essentielle : en bref, il désigne à merveille notre monde où le culte du soi, de la chose extérieure et de l’invasion subjective sont les règles.

Notez la déliquescence morale de la télé-réalité. Ce fourbi où s’échangent des opinions, où chacun passe son temps à se regarder, à vouloir se montrer dans une quête éperdue de notoriété.
Le monde triomphant des Sophistes (Protagoras et Calliclès) a horreur de l’indifférence. C’est un monde saturé de voyants, de clignotants, d’énergie de la démonstration car à tout moment il faut qu’un On obscur ( le public, la presse, les autres) s’occupent d’un Soi.

Cet Ego démesuré est devenu notre seul point commun. Chacun étant dans son coin, un apprenti Geppetto se fabriquant cette marionnette-produit qui comme dans le bonbon de l’enfant doit séduire d’abord par son emballage.

La mode des Selfie, continuation logique de la photo arrangée sur Facebook, l’exagération dans les usages ( alcool, transe….) et l’abord de plus en plus anodin à la chirurgie plastique sont des caractérisations modernes de cette balkanisation de la société fragmentée en individus souverains se comparant, s’étalonnant sur un espace d’autant plus riche qu’il est en fait pauvre, leur apparence.

C’est le syndrome Lady Gaga. Une fois rousse, une fois brune, une fois blonde, inatteignable par ses métamorphoses et donc toujours d’actualité. Le seuil de partage étant réservé au bruit fait par le quant à soi de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 20 =